À propos

Le projet intitulé « Des critiques : frontières et dialogues des discours critiques et des champs disciplinaires » dirigé par Julie Anselmini et Valérie Vignaux a été conçu afin de mener conjointement une réflexion transversale, associant enseignants-chercheurs en philosophie, littérature, sociologie et études cinématographiques, et réflexion disciplinaire, afin d’interroger du XVIIIe au XXIe siècles les vertus heuristiques du concept de « critique ». Il est mené  en partenariat avec l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) et avec Marianne Bouchardon, Philippe Chanial, Maud Pouradier et Vassili Rivron.

Cette pluridisciplinarité conduit à interroger la critique selon quatre directions essentielles : comment elle engage des critères d’évaluation esthétique, comment elle s’érige en genre littéraire, s’élabore en critique sociale et permet un discours historique sur les œuvres.

L’étude de la critique a connu un fort regain d’intérêt depuis les années 2010. Des groupes de recherches interuniversitaires ont été créés, des colloques internationaux organisés, des thèses soutenues et, à la suite de financement de programmes de recherche par l’ANR, quelques rares bases de données ont commencé à émerger. Les recherches demeurent néanmoins disciplinaires, elles ont en majorité porté sur des « écoles » théoriques, des personnalités ou des revues, cette dernière approche ayant bénéficié de la numérisation croissante de nombreux organes corporatifs ou généralistes consultables sur les portails publics (Persée, Gallica, etc.). Cependant, aucun programme de recherche, à notre connaissance, en France ou à l’étranger, ne s’est intéressé aux multiples acceptions du terme de « critique », lorsqu’il est employé à la fois en philosophie, littérature, sociologie ou cinéma.

Notre projet, intitulé : « Des critiques : frontières et dialogues des discours critiques et des champs disciplinaires », porté par l’Université de Caen-Normandie, entend rendre manifeste la variété de ce que recouvre le terme de critique, en croisant les pratiques et les procédures épistémologiques telles qu’elles se déploient au sein de quatre champs disciplinaires : la philosophie, la littérature, la sociologie et le cinéma. Aussi est-ce à partir de ces quatre champs que nous souhaitons mettre en perspective la question critique. Toutefois, afin de mettre en œuvre ce projet pluridisciplinaire et transversal nous devons au préalable interroger et définir la critique au sein de chacune des disciplines associées. On peut, en effet, constater que les philosophes, au cours du XVIIIe siècle, ont tout d’abord pensé la critique à l’aune de l’esthétique ; tandis qu’au XIXe siècle, avec le développement de la presse, la critique devenait un genre littéraire, un domaine d’expertise pour certains professionnels du genre mais aussi pour les écrivains. Dans le même temps, la sociologie se constituait en critique du social. Toutes ces interrogations se retrouvent dans le projet d’histoire du cinéma, tel qu’il est mené à son origine, en France, par des critiques. Spécificités théoriques et historiques se font donc écho d’une discipline à l’autre et d’un siècle à l’autre, spécificités à partir desquelles nous pouvons questionner les acceptions contemporaines.

Notre programme de recherche a donc l’ambition d’interroger, d’un point de vue historique (en revenant sur les évolutions des différents discours critiques depuis le XVIIIe siècle) et synchronique (en questionnant plus particulièrement l’état des critiques aujourd’hui) la fécondité du dialogue entre les différents discours critiques, dans les études philosophiques, littéraires, sociologiques et cinématographiques. Comment les théories et méthodes forgées dans un champ disciplinaire peuvent-elles circuler dans un autre et en renouveler l’approche ? Quelles hybridations peuvent s’opérer d’un discours à l’autre ? En quoi ces phénomènes peuvent-ils également engendrer des effets de brouillage, voire de fragilisation, d’un point de vue épistémologique comme institutionnel, d’un discours perdant de vue ses traditions propres au profit de perspectives exogènes ? Où en sont aujourd’hui, les unes par rapport aux autres, les différentes disciplines qui se côtoient dans le périmètre commun des humanités et des sciences sociales ?

Ce projet est porté par des enseignants-chercheurs qui ont acquis une expertise reconnue sur le sujet, en France mais aussi à l’étranger, que cela soit par l’organisation de colloques internationaux ou par la direction d’ouvrages de référence. Fort de ce réseau, le programme pourra se constituer en pôle de référence, sur le territoire normand mais aussi en France et à l’international.