“La faute à Germinal”. Usages polémiques et politiques d’un roman

Par Emmanuel Courrèges, laboratoire Framespa, Université de Toulouse Jean Jaurès

Usages polémiques et politiques d’un roman

Dans les conflits sociaux et politiques, les discours, par leurs multiples usages et les différents champs de leur expression, sont partie intégrante et consubstantielle des formes et moyens de la lutte[1]. Au cours du 19e siècle, au cœur de ce que Dominique Kalifa a pu désigner comme la « civilisation du journal »[2], une presse en plein essor, à laquelle s’adosse une littérature dont le champ est en pleine constitution, n’échappe pas à cette vérité. Pour l’historien, l’étude des discours permet le croisement de l’histoire sociale avec l’histoire culturelle et l’histoire politique des concepts. La démarche, particulièrement fertile, consiste à prêter attention à la façon dont s’élaborent les discours à partir desquels la compréhension des événements se formalise. Les processus de figuration et de représentation qui en découlent apparaissent autant d’objets de rapport de force et de clivages politiques et sociaux. C’est cet exercice que nous proposons de mener dans cette contribution qui s’appuiera sur les recherches en cours dans le cadre d’un doctorat en histoire contemporaine[3].

Une première partie de ce travail a pris appui sur la longue et célèbre grève dans le bassin de minier de Decazeville en Aveyron, en 1886, grève dont la publicité et la particularité doivent énormément au meurtre de l’ingénieur Watrin par un groupe d’ouvriers, au premier jour du conflit, le 26 janvier 1886.

Le cas que nous présentons est extrait de la multitude de petits récits enchâssés qui jalonnent la réception et la compréhension de ce mouvement social dans la presse parisienne. Il illustre la façon dont un discours polémique fige des imageries et fournit un premier codage d’un événement effroyable tout en révélant une série d’alignements politiques. C’est à ce partage de sensibilité et de ce qu’il révèle que nous prêtons attention.

Germinal, ce « mauvais roman »

Dans les jours qui suivent la nouvelle du meurtre de Watrin, une courte mais vive polémique traverse la presse. Elle porte sur l’influence supposée de la lecture de Germinal (1885) dans le geste criminel qui a coûté la vie à l’ingénieur de la mine. Symptomatiquement, ce débat précède presque la connaissance détaillée du meurtre : il en fournit ainsi une première clé d’interprétation.

Le Matin du 28 janvier est le premier journal à livrer aux lecteurs des éléments sur les événements survenus à Decazeville deux jours plus tôt. Il a recueilli une partie des informations au siège parisien de la Compagnie exploitante à Decazeville, auprès de Jules Gastambide, l’un des trois administrateurs délégués. Ce dernier conclut ainsi :

« Je disais aujourd’hui (…) que c’est une page de Germinal – ce livre que les mineurs ont trop lu. Voilà ce que c’est que de laisser vendre les mauvais romans »[4].

Le propos condense des lieux communs et des angoisses du temps : les gens du peuple sont des esprits influençables, qui peuvent se laisser facilement abuser par des meneurs, des faiseurs de discours ou des profiteurs malintentionnés. Les « mauvaises lectures » ont influencé les ouvriers mineurs, et les violences, survenues dans le bassin de Decazeville, ne sont qu’imitation de celles imaginées par Emile Zola dans son roman.

Ces considérations sur le roman de Zola s’inscrivent dans une certaine profondeur. A sa parution, un an plus tôt, Germinal avait déjà suscité semblable polémique. Par ailleurs, quelques semaines avant le meurtre de Watrin, à l’automne 1885, une adaptation théâtrale du roman par le dramaturge William Busnach avait été censurée au motif qu’elle représentait un risque de trouble à l’ordre public : n’y voyait-on pas la troupe tirant sur une foule de mineurs en grève ? Pour un jeune régime républicain soucieux de tourner la page des violences répressives à l’égard des ouvriers ayant marqué les dernières années de l’Empire, l’idée est inacceptable. Mais l’acte de censure suscite le scandale et alimente une nouvelle dispute. Aussi voit-on que Germinal est un objet ancré dans un système de représentation polémique. Son usage par l’administrateur Gastambide ne relève pas de la seule spontanéité.

De fait, le schéma est suffisamment évocateur pour que, dans les jours qui suivent, il occupe une part sensible des discussions dans les colonnes des journaux. Observons la polarisation des positions qu’il engendre.

Alignements politiques et résolution de la polémique

Malgré ses nuances, la presse conservatrice (qui regroupe la presse monarchiste, cléricale mais aussi bonapartiste) trouve là un motif explicatif d’autant plus évident qu’il constitue la redite d’un épisode récent. Le Gaulois, L’Univers, Le Français, La Croix, Le Caporal reprennent les propos rapportés de Gastambide. Zola devient vite, aux yeux de cette presse, l’instigateur indirect du meurtre de Watrin. Même s’il s’agit d’une appréciation lapidaire, la logique dessinée par l’administrateur de la Compagnie s’avère être un schème de représentation confortable. Le meurtre de Watrin devient la répétition de celui du personnage de l’épicier Maigrat : on ne se prive pas d’insinuer que les « détails révoltants » imaginés par Zola ont été reconstitués par la foule hostile et, lieu commun supplémentaire, féminine[5].

Zola lui-même se défend dans les colonnes du Gaulois qui publie un entretien de l’auteur avec un envoyé spécial du journal[6]. L’écrivain affecte un certain détachement par rapport à l’actualité. L’accusation est, selon lui, une absurdité : que les ouvriers aient massivement pu lire autre chose qu’une littérature bas-de-gamme semble impossible. Il argue de la séparation du champ de la création artistique de celui de la politique, pour faire tomber l’accusation portée par la presse conservatrice. Tout en insistant sur le fait que son roman se situe du côté de « l’analyse », bien distincte de tout engagement, il rappelle cependant que le but de Germinal est de faire réfléchir à la réalité de la sensible question ouvrière.

A gauche, la presse républicaine moque la facilité explicative des titres réactionnaires. C’est plus particulièrement le cas pour la presse de l’extrême-gauche radicale, L’Intransigeant, La Dépêche de Toulouse, La Justice, entre autres. Zola est un auteur sympathique aux Républicains, aussi les arguments énoncés par l’auteur dans le Gaulois sont-ils repris par les éditorialistes. Dans son numéro du 31 janvier, La Justice, le journal de Clemenceau, après avoir balayée la position conservatrice, insiste sur la prise en compte de la vérité documentaire incarnée par ce roman, dessinant une sensibilité politique qui, tout en se gardant bien de cautionner les violences, s’accorde à penser que la question ouvrière doit être mise sur le devant de la scène.

De son côté, la presse socialiste adopte sur le sujet une position plus ambivalente. Organe du parti ouvrier de Jules Guesde et Paul Lafargue, l’hebdomadaire Le Socialiste prend ses distances avec Germinal, présenté comme un « roman sans courage, si rempli de ménagements qui faussent la vérité »[7]. En revanche, Le Cri du Peuple, quotidien socialiste et populaire fondé par Jules Vallès, se jette sur l’occasion : il s’amuse des effrois de la presse conservatrice et joue sur les ambiguïtés des analyses proposées par un Zola qui flirte avec le discours socialiste tout en se défendant d’encourager à la révolte. Surtout, Le Cri donne dans la surenchère provocatrice en proposant, le 30 janvier, un article qui emprunte au naturalisme zolien sa capacité d’évocation de la misère, pour désigner l’épisode aveyronnais comme la « revanche des Maheu », de « Bonnemort », « de Jeanlin », faisant de la réalité de l’émeute de Decazeville les éléments d’une revanche allégorique pour les personnages du roman.

C’est de la presse littéraire parisienne, nettement conservatrice dans son appréciation politique des faits, que proviennent les éléments de clôture du débat médiatique dans la deuxième semaine de février. Gil Blas qui a publié le roman pour la première fois en feuilleton à partir de novembre 1884, reproduit une lettre de Zola en Une le 1er février. Les Annales politiques et littéraires du 7 février parlent, au sujet de l’accusation à l’encontre de Zola, de « plaisanterie » cherchant plutôt à pointer du doigt les « théoriciens de l’assassinat » et leurs « prédictions malsaines » que l’on trouverait dans les milieux lettrés[8]. Le Figaro enfin, dans ses numéros des 9 et 10 février, prend le parti caractéristique de l’ironie mordante pour dédouaner le roman tout en moquant un Zola devenu, bien malgré lui, l’égérie d’une extrême-gauche socialisante. De manière générale, en tournant en ridicule l’idée même que les mineurs aient pu lire l’ouvrage de Zola, ces titres reprennent l’argument que l’auteur même avançait quelques jours plus tôt, à savoir celui de l’indépendance du champ littéraire.

Presse socialistePosition « médiane » (républicaine et radicale / droite modérée) Presse littéraire parisiennePresse conservatrice
Appropriation du roman de Zola comme l’instrument de figuration d’une lutteSéparation du champ littéraire et du champ politiqueDénonciation de l’influence des mauvaises lectures
Récit d’une « revanche sociale »L’œuvre de Zola n’a aucune incidence sur le crime de DecazevilleIncrimination de Zola
Classement des positionnements de la presse

De l’ordre littéraire à l’ordre social

La répartition politique des expressions journalistiques dessine un axe unifiant, courant de l’extrême gauche radicale à la droite modérée en voie de ralliement à la République. Ce pôle sépare le politique du littéraire, le champ de la création artistique de celui du social. Il met à distance les faits, notamment à l’aide d’une perception qui renvoie les mineurs à leur ignorance, considération non exempte d’un certain mépris de classe, surtout en ce qui concerne la frange la plus droitière de cette sensibilité.

Sur les marges de ce bloc, à la fois du côté d’une extrême droite conservatrice et de celui d’une nébuleuse socialiste plus ou moins apparentée à l’extrême gauche, s’opère une politisation en miroir de l’œuvre de Zola. Celle-ci est saisie dans tout son potentiel d’évocation. Facteur de révolte ou signal d’une dissolution des mœurs, le roman agit bien, selon ces interprétations, comme un aiguillon, non pas seulement pour comprendre et « prendre parti », mais pour incarner une lutte plus fondamentale, celle qui pèse sur la question de la morale et du lien social pour les uns, de la justice et de la fatale loi économique pour les autres.

La façon dont se résout la courte dispute par l’émergence d’une position médiane est significative d’une tendance discursive qu’il importe d’interroger. Réfutant comme absurde l’idée d’une quelconque influence du roman de Zola sur le meurtre de Watrin, cette position cherche à imposer l’idée raisonnable et rationnelle de la séparation des champs. Cela induit l’énonciation, plus ou moins assumée selon les titres, d’une hiérarchie sociale bien établie : non, les ouvriers ne lisent pas Zola, leur littérature habituelle, quand elle existe, est de rang inférieur. Dès lors, on peut avancer que la première fonction de cette résolution est de « réassurer » un ordre social, celui qui garantit que les produits d’un champ littéraire en pleine définition seront bien réservés à ceux qui sauront en faire bon usage.

Dépolitisation et lutte de sens

Cette perception n’en est ainsi pas moins signifiante politiquement : en suggérant l’impossibilité de trouver une autre raison que la seule folie meurtrière d’une foule livrée à ses pulsions, elle élimine la raison politique de ce champ explicatif. Il s’agit de réitérer et de confirmer la négation de l’acte meurtrier comme acte signifiant, voire légitime du point de vue des ouvriers mineurs. En ce sens, l’acte qui a tué Watrin appartient bien à l’univers de la phonè, du bruit et de la clameur, domaine de l’incompréhensible, auquel s’oppose le logos, le langage et la légitimité, domaine de la politique, pour reprendre la terminologie établie par Jacques Rancière[9]. L’ouvrier dont la colère déborde est ainsi renvoyé à son immaturité, son animalité. L’ouvrier devient, dans ce discours, une figure dangereuse : il convient certes de comprendre sa triste situation en ces temps où la crise économique aggrave les méfaits de l’industrialisation, mais il faut cependant (et peut-être même avant tout) l’éduquer afin de canaliser son comportement et ses éventuels débordements.

Pourtant ce « signifiant » se trouve précisément au cœur de l’argumentaire conservateur (le signe fatal de la dissolution de la morale chrétienne insufflée par une bourgeoisie décadente à une plèbe d’autant plus crédule qu’elle est tenue éloignée de la religion par la République), socialiste (le meurtre comme manifestation de l’implacable lutte des classes), et anarchiste (le meurtre comme élément de propagande par le fait, annonciateur d’un prochain soulèvement révolutionnaire). Ces lectures peuvent bien rester cantonnées dans les franges « marginales » du champ politique et journalistique, elles n’en disposent pas moins d’une postérité qui reste à interroger. Il est notamment possible de supposer que les positions de la presse militante socialiste et anarchiste, diffusée largement dans le bassin houiller aveyronnais durant la grève, ont pu contribuer à rendre plus légitime l’idée, déjà largement répandue parmi la population ouvrière de Decazeville, que le meurtre de Watrin était bien une forme de justice immanente administrée par une population qui subissait depuis trop longtemps les vexations de ce personnage honni[10].

La polémique Zola laisse quelques traces, même si elle se clôt assez rapidement, comme neutralisée par les effets d’ajustements journalistiques auxquels elle a donné lieu, laissant le débat autour de la grève de Decazeville se focaliser sur d’autres objets. Pourtant, malgré la mise en ordre littéraire, Germinal continue de fournir une clé de compréhension du conflit de Decazeville qui stimule l’imaginaire et encourage la solidarité, notamment via Le Cri du Peuple qui en reprend régulièrement certains énoncés. Le succès du roman est sans doute renforcé par l’usage politique qui en est fait dans le contexte de la grève à Decazeville ; celle-ci lui donne en effet un rôle de figuration, une imagerie, un pouvoir d’évocation manifeste. Sa republication en feuilleton dans Le Cri du Peuple, mais aussi dans le très local Aveyron républicain, en est sans doute la plus évidente manifestation. Plus ténues mais tout aussi révélatrices enfin sont les mentions présentes dans les listes de souscriptions que publie Le Cri du Peuple en faveur des mineurs de Decazeville au cours des mois qui suivent et dans lesquelles des anonymes de tous horizons signent et cotisent en s’adressant aux petits « Maheu », aux enfants de la « Maheude » ou aux « gars de Germinal », signalant ainsi l’appropriation de ces figures comme marqueurs d’une identité sociale, d’une conscience de classe.

Emmanuel Courrèges est professeur agrégé d’histoire. Il prépare, sous la direction de M. François Godicheau, une thèse intitulée « Définir et naturaliser l’espace social : un enjeu politique aux débuts de la IIIe République ».


[1]    Xavier VIGNA, L’espoir et l’effroi. Luttes d’écriture et luttes de classe en France au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2016.

[2]    Dominique Kalifa (dir.), La civilisation du journal: histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

[3]     La recherche a l’ambition d’étudier la façon dont se construit et se réorganise l’ordre social dans les moments qui suivent les crises sociales d’ampleur aux débuts de la IIIe République, et à travers cela, d’observer la façon dont se naturalisent des concepts tels que celui de « société » ou de « lien social ».

[4]    Le Matin, 28 janvier 1886, page 1. Les titres de presse cités sont tous disponibles sur le portail Retronews de la BNF.

[5]    Voir ainsi Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 30 janvier 1886, page 1.

[6]    Le Gaulois, 29 janvier 1886.

[7]    Le Socialiste, 6 février 1886.

[8]    Les Annales politiques et littéraires, 7 février 1886, page 1 et 2.

[9]    Jacques Rancière et Javier Bassas Vila, Les mots et les torts: dialogue avec Javier Bassas, Paris, la Fabrique éditions, 2021. pp. 41-44 et pp. 56-57.

[10]  Ainsi, malgré toutes les censures, silences et oblitérations, les sources tendent à prouver que le meurtre comme outil de justice est une représentation encore présente dans les discours de la population ouvrière bien après la fin de la grève. Le terme « d’exécution » pour évoquer le meurtre ou celui de « Justiciers » pour évoquer les meurtriers est régulièrement relevé par les autorités locales et les sources policières.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.