Axe 1 – Philosophie

L’Axe 1- Philosophie est dirigé par Maud Pouradier (MCF – Identité et subjectivité – Caen).  

L’axe 1, dans le prolongement de la tradition esthétique de langue française (Basch, Souriau, Blanché, Dufrenne), tentera de lister et de définir les nouvelles catégories esthétiques en usage dans la critique d’art contemporain (le troublant, le dérangeant, le complexe, l’interactif, l’immersif). Ce travail nécessite d’interroger le concept de « critique », à l’heure où les artistes eux-mêmes, galeristes et commissaires d’exposition produisent des discours dont les frontières avec le discours critique traditionnel sont poreuses. Une recherche organisée en fonction des catégories utilisées, des types de publication (entretiens, notes d’intention, placards d’exposition, albums d’exposition, etc.) et d’acteurs du discours critique ou para-critique serait menée afin d’être intégrée au portail numérique « Controverses », permettant de décrire le « désordre nouveau » de la critique dans la situation artistique contemporaine. Dans cette perspective, des journées d’études et tables rondes organisées autour de quelques grandes catégories contemporaines, comme le « dérangeant » ou l’« interactif », seraient fructueuses.

Bilan :

Le travail de l’axe 1 s’est concrétisé, entre 2020 et 2022, dans le séminaire PhiLiA (philosophie de la littérature et de l’art), qui n’aurait pu avoir lieu en dehors du RIN “Des Critiques”. PhiLiA a eu pour objectif de croiser les approches de la philosophie l’art et de la théorie littéraire pour poser les jalons d’une épistémologie fondamentale de la critique, tout en prenant soin de toujours l’articuler aux questions contemporaines et aux nouveaux domaines artistiques. Conformément au projet initial, le séminaire a traité de la critique des nouvelles pratiques artistiques et culturelles, en particulier les jeux vidéo, qui obligent à revoir les catégories évaluatives traditionnelles. Un jeu plus immersif est-il plus satisfaisant ? Qu’est-ce qu’une bonne narration vidéoludique ? Est-il possible d’articuler critique esthétique et critique sportive des jeux vidéo ? L’esthétique de l’environnement (qu’il faut entendre tout autant comme l’esthétique des environnements naturels que comme l’esthétique des ambiances) invite également à s’interroger sur les critères traditionnels de la critique artistique : peut-on faire la critique d’un environnement naturel ou urbain dans lequel on est engagé ? Y a-t-il ici remise en cause radicale de la posture du critique, ou déplacement de celle-ci ? Les enjeux éthiques et politiques de la critique n’ont pas été laissés de côté, notamment à travers la question de l’auteur. L’ensemble de ces questions d’esthétique contemporaine a toujours conservé comme soubassement la quête d’une épistémologie fondamentale de la critique artistique et esthétique.

  • La séance du 20/03/2021 fut consacrée au philosophe analytique britannique de la littérature Frank Sibley. Maud Pouradier et Pierre Fasula (ISPJS, Panthéon-Sorbonne) s’intéressent à la manière dont Frank Sibley construit une épistémologie de la critique littéraire faisant droit à la singularité du jugement esthétique et à son objectivité.
  • L’après-midi d’étude du 28/04/2021 « L’auteur implicite, l’auteur caché, la voix de l’auteur », où intervinrent Julie Anselmini et Simon Lanot, porta sur le renouvellement théorique du problème de l’auteur, à l’aune des questions suscitées par #metoo. L’originalité de cette séance fut de traiter conjointement de la question de l’auteur dans le champ littéraire (le « cas Céline ») et dans le champ philosophique (le « cas Heidegger »). Cette séance fut également l’occasion d’articuler le sens social et le sens esthétique de la critique.
  • Lors de la séance du 27 octobre 2021, Guillaume Schuppert (membre associé aux Archives Poincaré, université de Lorraine) présenta le débat entre Peter Lamarque (philosophe contemporain de la littérature) et Kendall Walton (philosophe de l’art et théoricien de l’imitation) concernant le statut que l’on doit accorder à l’intention auctoriale dans 1) l’identification d’un texte littéraire ou d’un objet artistique, et 2) l’évaluation de ce texte ou objet.
  • La séance du 9 février 2022, Alexis Anne-Braun (romancier et maître de conférences en esthétique à l’ENS-Ulm) et Alexandre Declos (assistant de recherches à la chaire de métaphysique et de philosophie de la connaissance du Collège de France) traitèrent de l’esthétique des jeux vidéo, du critère d’identification d’un jeu vidéo et des critères d’évaluation ludique, technique et esthétique des jeux vidéo.
  • La séance du 6 avril 2022, Patricia Limido (professeur à l’université Paris-Descartes) s’appuya sur la théorie de l’œuvre littéraire de Roman Ingarden pour proposer une théorie des valeurs, en soulignant la nécessité de distinguer valeur artistique et valeur esthétique.
  • La séance du 23 novembre 2022 sera consacrée à l’esthétique de l’environnement. Sont invités Justine Balibar (Centre Victor Basch, Sorbonne université) et Charles Bobant (ISPJS, Panthéon-Sorbonne) pour évoquer la spécificité de la critique paysagère et de la critique des environnements naturels et/ou urbains.

Le bilan théorique de ce séminaire sera publié dans la première livraison 2023 des Cahiers philosophiques de l’université de Caen, en annexe d’un dossier sur Sens et narration rassemblant notamment les textes d’Alexandre Declos, Alexis Anne-Braun, Pierre Fasula, Bernard Gendrel, Patricia Limido, Guillaume Schuppert et Maud Pouradier écrits dans le prolongement du séminaire de PhiLiA et du RIN “Des Critiques”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search