José-Luis Diaz, « Révolutions de la critique au XIXème siècle »

Conférence de José-Luis Diaz, le lundi 6 avril 2021, Abbaye d’Ardenne – IMEC

José-Luis Diaz est professeur émérite de littérature française du XIXe siècle de l’université Paris-Diderot, Président de la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes, directeur du Magasin du XIXe siècle (Champ Vallon). Ses travaux ont porté sur la représentation de l’écrivain au XIXe siècle (L’Écrivain imaginaire, Champion, 2007), le biographique (L’Homme et l’œuvre : contribution à une histoire de la critique, PUF, 2011), Balzac (Devenir Balzac. L’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007), l’écriture intime au XIXe siècle et la critique (Sainte-Beuve, Pour la critique, Folio, 1992 ; Revue des Sciences humaines n°2009 sur les préfaces et manifestes au XIXe siècle…) et sur les sociabilités littéraires.

La conférence est à écouter en ligne en cliquant sur le lien suivant :

https://we.tl/t-ddTbJ9d01G

« Avant le XIX ème siècle, il y a des critiques. Bayle, Fréron et Voltaire, Chapelain et d’Aubignac, Denys d’Halicarnasse et Quintilien sont des critiques. Mais il n’y a pas la critique. » C’est à poursuivre cette réflexion d’Albert Thibaudet (« Propos sur la critique », NRF , 1 er octobre 1927) que l’exposé voudrait s’attacher.

Seront envisagés les rapports privilégiés que le XIXème siècle, tout au long de son parcours, a entretenus avec ce genre dont il a fait une véritable institution ayant acquis alors une surface et une influence sans précédent. Tant et si bien que le siècle s’est lui-même baptisé le «siècle de la critique ». Ce fut là l’un des thèmes récurrents de l’imposante littérature que les critiques du xix e siècle n’ont cessé de consacrer à leur genre de prédilection, manifestant ainsi un tropisme autotélique qui a beaucoup compté pour sa promotion. 

L’accent sera mis sur la façon dont le XIXème siècle a écrit l’histoire mouvementée de la critique contemporaine. Comment a-t-il pris en considération les « révolutions » qui l’ont travaillée, en cette période où, quittant son simple rôle d’observateur, elle a eu tendance à se considérer elle-même comme l’un des acteurs majeurs du «mouvement littéraire » ? Les diverses manières d’écrire l’histoire de la critique que la littérature critique du temps a proposées seront l’objet de l’analyse.