Journée doctorale

« Critique des sources, la critique comme source »

9 avril 2021, 9h45 – 17h30

Pour suivre cette journée organisée en visioconférence, s’inscrire à l’adresse : reservations@imec-archives.com


Cette journée d’étude pluridisciplinaire (Littérature, arts, arts du spectacle), intitulée « Critique des sources la critique comme source », se propose d’interroger la dimension épistémique de la notion de « critique », à travers l’étude des textes, les discours d’auteurs ou de théoriciens, ou encore la nécessaire « critique » des textes ou des oeuvres elles-mêmes dans l’élaboration de la réflexion et de la recherche.


Cette journée a deux axes : le premier est méthodologique (la « critique des sources ») : comment on organise son corpus, sa bibliographie, est-il nécessaire de mener une critique du texte comme on opère une critique du document en histoire, etc. ; tandis que le second porte sur la critique (auteurs et textes) comme sujet d’étude.

Les études sur les critiques, leurs discours ou les revues qui les accueillent ont introduit dans la recherche des thématiques diverses tels que la production ou la réalisation des oeuvres ; leur étude génétique ; l’examen des réceptions ; les formes textuelles des manifestes esthétiques ou encore la restitution des manifestations. Or ces études sur la critique ou les critiques ont été rendues plus aisées à la suite de la numérisation massive des périodiques, ceux-ci constituant dorénavant un très important gisement de recherches. Autant de sources et de regards qui ont possiblement modifié notre approche des oeuvres qu’elles soient textuelles ou visuelles, puisque conduisant un dialogue perpétuel entre des aspects esthétiques, socio-culturels, politiques ou économiques, selon des modalités parfois intertextuelles, intermédiales ou pluridisciplinaires.


Cette journée, en croisant les regards de jeunes chercheurs sur l’apport épistémologique et méthodologique des « textes critiques » (supports, auteurs, discours) dans les études littéraires, en arts ou arts du spectacle, se comprend comme un temps de réflexion partagée sur la problématique des sources et leurs traitements dans la recherche doctorale.

Programme de la journée

« Critiques des sources, la critique comme source »,

Codirection Abdallah Azzouz, Loïck Dutot, Florine Lemarchand, Valérie Vignaux

Matin

9h45 Accueil et présentation de la journée : Valérie Vignaux

Modération 1ère session : Abdallah Azzouz

10h – 10h30 Loïck Dutot (Caen, LASLAR), « L’écrivain comme source : valeur épistémique du texte fictionnel et du récit de spectateur pour appréhender une séance de cinéma de la Belle Époque »

10h30-11h Arthur Côme (Paris 1, HCSA), « Paul Ramain au Courrier Musical : critique cinématographique dans un organe consacré à la musique (1925-1929) »

Discussion

Modération 2nde session : Florine Lemarchand

11h30-12h Enrico Gheller (Caen, LASLAR), « Vers un néo-irréalisme italien ? Le néoréalisme au prisme de la critique française »

L’intervention de E. Gheller est déplacée à 16h30.

11h30-12h Abdallah Azzouz (Caen, LASLAR), « Les Cahiers d’Études de radio-télévision (1954-1960), Une critique savante de la télévision »

Discussion 12h00-12h30

Après-midi

14h15 Accueil

Modération 3ème session : Loïck Dutot

14h30-15h Léa Chevalier (Caen, LASLAR), « La Nouvelle Vague du point de vue des décorateurs (1950-1960), Réflexion méthodologique sur la confrontation des sources primaires et secondaires »

15h-15h30 Alexis Guillier (RADIAN-LASLAR), « Le diaporama un dispositif critique »

Discussion

Modération 4ème session : Valérie Vignaux

15h30-16h Guillaume Aubry (RADIAN-LASLAR), « Le geste artistique comme source critique »

16h-16h30 Clément Hébert (RADIAN-LASLAR), « Vers une sociologie poétique »

16h30-17h Enrico Gheller (Caen, LASLAR), « Vers un néo-irréalisme italien ? Le néoréalisme au prisme de la critique française »

Discussion et conclusion : Valérie Vignaux

Présentation des interventions

Guillaume Aubry (RADIAN, LASLAR), « Le geste artistique comme source critique »

Nous questionnerons d’une part l’absence de source critique comme base potentielle à la réflexion critique ainsi que la façon dont un geste artistique à partir des images-sources peut potentiellement devenir une forme de source critique.

Abdallah Azzouz (Cinéma, LASLAR), « Les Cahiers d’Études de radio-télévision (1954-1960), Une critique savante de la télévision »

Dans le cadre de la journée d’études, nous nous efforcerons de déterminer la valeur sociologique et esthétique des textes publiés au sein des Cahiers d’Études de radio-télévision pour appréhender la contribution savante de cette critique télévisuelle.

Léa Chevalier (Cinéma, LASLAR), « La Nouvelle Vague du point de vue des décorateurs (1950-1960), Réflexion méthodologique sur la confrontation des sources primaires et secondaires »

La communication est organisée en trois temps, selon les trois étapes suivies pour contextualiser la formation et les premiers projets professionnels de Bernard Evein : lecture et remise en question des ouvrages de référence ; exploration des fonds d’archives et appréhension des ressources documentaires ; compte-rendu des recherches au croisement des sources primaires et secondaires.

Arthur Côme (Paris 1, HCSA), « Paul Ramain au Courrier Musical : critique cinématographique dans un organe consacré à la musique (1925-1929) »

La musique et le cinéma, ainsi que le cinéma et l’art, constitueront ces deux relations que nous tâcherons de mettre en lumière et de rapprocher afin de mieux comprendre la place qu’occupait la musique dans le processus de légitimation du cinéma en tant qu’art dans la France des années 1920.

Loïck Dutot (Littérature, LASLAR), « L’écrivain comme source : valeur épistémique du texte fictionnel et du récit de spectateur pour appréhender une séance de cinéma de la Belle Époque »

Nous proposons d’aborder le cas spécifique de la séance de cinéma à travers un extrait du roman Les Dimanches de Jean Dézert (1914) de Jean de La Ville de Mirmont et un texte de Rémi de Gourmont daté de 1907 dans lequel il clame son goût pour le cinéma en évoquant des séances auxquelles il a assisté. Nous envisageons d’interroger ces deux représentations à la lumière de l’ouvrage Bruits, cris, musiques de films. Les projections avant 1914 (2010), de Martin Barnier, dont les sources principales sont des témoignages et articles de presse de l’époque. Ces sources peuvent-elles se recouper avec nos textes d’écrivains, et le cas échéant, comment ?

Enrico Gheller (Cinéma, LASLAR), « Vers un néo-irréalisme italien ? Le néoréalisme au prisme de la critique française »

L’analyse de quelques textes critiques issus de trois catégories (revue savante, « surréaliste » et populaire), utilisées en tant que sources problématiques, permettra de montrer comment l’étude de la réception contribue à la mise en place d’une critique de l’histoire du cinéma

Alexis Guillier (RADIAN, LASLAR), « Le diaporama un dispositif critique »

À travers une communication conçue de manière réflexive, nous nous proposons d’envisager l’objet diaporama comme dispositif critique et intertextuel, afin de montrer qu’en incorporant les sources et leur critique, le diaporama s’affirme lui-même comme œuvre.

Clément Hébert (RADIAN, LASLAR), « Vers une sociologie poétique »

On assiste à la multiplication des pratiques d’artistes contemporains qui citent des documents d’archives, manuscrits, photographies etc. Mais comment remédier à la fétichisation, la fascination des qualités plastiques du documents ancien, qui deviendrait alors une curiosité anachronique, vidée de sa substance ? Lorsque les sources sont issues de fonds d’archives comment compléter des données partielles qui résultent d’un processus de sélection et de classification opéré dans un cadre institutionnel, régies par des logiques de pouvoir et de choix politiques ? Quelle est la place des sources comme l’histoire orale, la photographie de famille ou bien le témoignage ?

Biographie des intervenants

Guillaume Aubry (RADIAN, LASLAR), « Le geste artistique comme source critique »

Guillaume Aubry est artiste-chercheur, il est inscrit en troisième année du doctorat de création RADIAN. Thèse en cours (titre de travail) « Coucher de soleil. Une expérience esthétique de l’embrasement du monde », sous la direction de Brigitte Poitrenaud-Lamesi et Arnaud François.

Abdallah Azzouz (Cinéma, LASLAR), « Les Cahiers d’Études de radio-télévision (1954-1960), Une critique savante de la télévision »

Abdallah Azzouz est doctorant-contractuel de l’Université de Caen. Sa thèse dirigée par Valérie Vignaux porte sur la genèse, la production et la réception des programmations cinématographiques à la télévision française entre 1945 et 1972. Il enseigne les théories de l’information et de la communication au sein de l’IUT de Marne-la-Vallée et a publié plusieurs articles sur l’avènement du cinéma à la télévision française pour la Revue d’histoire des sciences humaines et sur l’œuvre télévisuelle de Marcel L’Herbier pour la Revue 1895.

Léa Chevalier (Cinéma, LASLAR), « La Nouvelle Vague du point de vue des décorateurs (1950-1960), Réflexion méthodologique sur la confrontation des sources primaires et secondaires »

Léa Chevalier est doctorante allocataire de l’université Caen. Chercheuse invitée puis associée à la Cinémathèque française (Bourse Jean-Baptiste Siegel), elle réalise sa thèse «Bernard Evein décorateur-peintre: vers une Modernité esthétique du décor de cinéma en France (1950-1980)» sous la direction de Valérie Vignaux et Benoit Turquety, université de Lausanne. Elle est intervenue lors de la journée d’étude « Des archives pour quelles histoires du cinéma » dirigée par Nataliya Puchenkina et présentera ses recherches dans le cadre des rencontres annuelles organisées par le Paris Images Trade Show. Son article « Les décors naturels colorés de Bernard Evein -Renouvellement du statut des passants dans l’espace urbain » a été publié dans le second numéro de la revue en ligne Images Secondes.

Arthur Côme (Paris 1, HCSA), « Paul Ramain au Courrier Musical : critique cinématographique dans un organe consacré à la musique (1925-1929) »

Arthur Côme est doctorant contractuel en histoire du cinéma à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été Chercheur invité puis associé à la Cinémathèque française, ses travaux, menés sous la direction de Dimitri Vezyroglou, portent sur la musicalité des images dans le cinéma français des années 1920. Il prépare actuellement un recueil des écrits complets sur le cinéma du Docteur Paul Ramain, à paraître aux éditions de l’AFRHC.

Loïck Dutot (Littérature, LASLAR), « L’écrivain comme source : valeur épistémique du texte fictionnel et du récit de spectateur pour appréhender une séance de cinéma de la Belle Époque »

Loïck Dutot est certifié de lettres modernes et doctorant allocataire de l’université de Caen pour une thèse de littérature française dont l’intitulé est « Les écrivains au prisme et au risque du cinéma : réception et médiation du cinématographe, nouveau venu dans le discours littéraire de la Belle Époque », sous la direction de Marie-Hélène Boblet.

Enrico Gheller (Cinéma, LASLAR), « Vers un néo-irréalisme italien ? Le néoréalisme au prisme de la critique française »

Doctorant au sein du laboratoire LASLAR, Enrico Gheller termine sa thèse portant sur la réception française du néo-réalisme (1945-1956), sous la direction de Christian Viviani. Il est chargé de cours à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle et assure des cours d’histoire du cinéma italien à l’Institut italien de culture.

Alexis Guillier (RADIAN, LASLAR), « Le diaporama un dispositif critique »

Alexis Guillier est artiste et doctorant au sein du programme de recherche et création en art RADIAN. Il réalise une thèse intitulée : « La réalité éclatée : enquêtes sur des accidents de tournages de fictions (cinéma et télévision) », sous la direction de Philippe Ortoli et d’Alice Laguarda. Sa pratique artistique prend notamment la forme de performances reposant sur le format de la conférence, unissant un diaporama projeté, un texte, parfois des disques et des objets.

Clément Hébert (RADIAN, LASLAR), « Vers une sociologie poétique »

Clément Hébert est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon et titulaire d’un master « Pratique de l’art – Outils Critiques » soutenu à l’École de Recherche Graphique de Bruxelles. Il réalise une thèse dont l’intitulé est : « Un modèle d’habitat d’après-guerre (UK100) et des formes visuelles pour penser le contemporain », sous la direction de Dominique Dehais et Valérie Vignaux. Allocataire RADIAN, il a également obtenu une aide de l’Institut des Amériques et de Normandie Images afin de mener à bien un projet de recherche qui comprend pour la partie créative la réalisation d’un film documentaire.